Cas d'étude : Mutualisation des travaux

POC : Outil de mutualisation des travaux d’infrastructure

VueJSPythonGeoServerRéseau socialGEDBack office d'administration

Problématique

La mutualisation des travaux d’infrastructure grâce à un outil peut-elle être une solution pour aider les acteurs locaux à réaliser des économies de temps, d’argent et réduire les impacts environnementaux sur son territoire ?

Contexte

Avec le vieillissement des infrastructures urbaines, les villes sont de plus en plus touchées par des travaux d’entretien et de renouvellement. Ceux-ci s’étendent sur la durée, paralysant des axes routiers voire des quartiers entiers et quelques fois à de multiples reprises. Qui ne s’est jamais dit « Encore des travaux ? Ils n’ont pas bientôt fini ?! ». Plus qu’une gène pour les usagers c’est un sentiment d’éternel recommencement qui s’installe, avec des chaussées neuves qui sont percées quelques années plus tard, si ce n’est quelques mois plus tard par une nième tranchée. L’impact environnemental induit de ces travaux est aussi important, car il mobilise véhicules, équipes sur des tâches d’approvisionnement, construction ou démolition.

Bien que la mutualisation s’opère de plus en plus sur de grands projets (Comme le Grand Paris Express, ou le quartier de la gare de la Part Dieu à Lyon), elle reste quasi inexistante sur des projets de plus faible envergure, ou privés. Certaines villes pratiquent déjà la coordination de leurs travaux, mais celle-là se restreint à la simple organisation du planning des travaux pour éviter l’empiètement.

Quels sont les freins identifiés à la mutualisation des travaux d’infrastructure ?

Tout d’abord, ces travaux mobilisent une multitudes de protagonistes faisant appel à une multitude de partenaires et prestataires. De plus, il s’agit d’un domaine assez délicat, où les marchés peuvent, selon certains cas, relevé d’actions stratégiques ou concurrentielles importantes. Une méconnaissance générale des travaux en cours subsiste sur notre territoire. Bien que la réglementation L49 oblige les acteurs du territoire à déclarer leurs travaux, il n’existe pas de plateforme nationale identifiée. La gestion de ces déclarations est donc différente en fonction du territoire et les données recueillies ne sont pas systématiquement ouvertes ou à défaut mise en commun.

Toutes ces contraintes mettent en évidence des problématiques alliant temporalité, géographie et confidentialité.

Besoins clairs

L’objectif s’est décliné en deux plateformes interconnectées :

  • L’une permettant le dépôt et la visualisation des travaux sur le territoire. Elle s’alimente de différentes manières, la première consistant à recueillir et centraliser l’ensemble des informations disponibles en open data, et l’autre étant un espace pour les acteurs du territoire.
  • Cette deuxième plateforme permet à ses membres de visualiser les travaux sur le territoire, et donc d’être informé de possibles opportunités de mutualisation suite à une analyse spatio-temporelle des données de la plateforme. Elle offre à ses membres un espace sécurisé de mise en relation et de discussion, tout en respectant les enjeux de confidentialité des parties prenantes en réalisant les « match » de mutualisation de manière informatique.

Méthodes utilisées

3 releases de 3 mois pour les deux plateformes durant lesquelles :

  • Phase d’entretien des utilisateurs et définition de persona
  • Récolte des contraintes et besoin métier du milieu
  • Design Sprints en amont de chaque release pour la partie UI
  • Méthodologie SCRUM tout au long du projet
  • Roadmap collaborative
  • Algorithme de « match » pour la détection des opportunités

Fonctionnalités principales

Tchat interne

Cartographie interactive

Anonymisation et sécurisation des donnnées géographiques

Interface de mise en relation

Interface de dépôt de données travaux

Intégration de données mixtes via ETL

Analyse spatiale, temporelle et statistiques

Aperçu

Bilan

Pour conclure, ce projet à été une superbe expérience que nous avons dans un premier temps développé en interne pour le présenter au concours d’innovation Datacity en collaboration avec la ville de Paris. Grâce à cette opportunité, nous avons pu collaborer avec les dirigeants et responsables des 15 plus gros acteurs du monde des travaux à Paris ce qui nous a aidé dans la compréhension de leurs métiers et des besoins attendus pour un tel outil et notamment autour des problématiques de coopération mais aussi d’anonymisation des données pour les concurrents. Nous avons finalement remporté ce concours dans la catégorie « Réduire les temps de travaux en ville » !